30 giu 2010

Eternizzarsi

Siamo anche un po' partiti per vedere se, in caso, eventualmente, se ci fosse l'occasione, se le cose girassero in un certo modo, se forse magari per caso succedesse che... ecc ecc si potrebbe magari pensare di passare un periodo di vita altrove...

ma SIVIGLIA E' TROPPO PRESTO!


Fra città affascinante, piscine per le bambine che hanno praticamente imparato a nuotare, già cominciate le discussioni su quando ripartire, Daphne aggiunge giorni io li tolgo, si sta benissimo ma la voglia di muoversi...
Per fortuna c'è la marea, dovrebbe essere buona per venerdi o sabato quindi mi sa che riesco a fare il colpo di mano.
Con gran rimpianto.

  

27 giu 2010

Sevilla - 2

 Questa foto è dell'anno scorso, quando eravamo venuti a piedi a vedere il Nautico

Photobucket

questa è di oggi, il Branca ci è arrivato (telone da circo blu e cagnari arancioni).

Photobucket 


Non so perché questa città, scoperta qualche anno fa quasi per caso (venuti per una settimanina estemporanea), ci ha un po' avvolti, l'Archivo de Indias, un'atmosfera tranquilla, ogni angolo che nasconde una piccola o grande sorpresa, le persone di una gentilezza rara (almeno per chi sa come possano essere ruvidi i contatti a parigi); bon le *quattro*piscine del Nautico (una infantile, una da divertimento -25m-, una da nuoto -25m- e una olimpionica) aiutano, ma gli anni scorsi non le conoscevamo.

26 giu 2010

VID - Rio Guadalquivir, Sevilla


Quelques photos et images de la remontée du Guadalquivir et de l'arrivée à Seville.


Uscita da Chipiona, un po' prima dell'alba. La bassa marea è alle 0700, poi il mare risale e aiuta a risalire.
On sort de Chipiona un peu avant le lever du soleil, on attend la renverse pour nous aider à remonter les 50-55 milles jusqu'à Seville. 




Alba, lever de soleil, sunrise, insomma la solita foto del sole.
Photobucket
 Boe rosse a sinistra, boe verdi a destra, l'ingresso è eccezionalmente ben segnalato. A destra Sanlùcar de Barrameda: dopo la benedizione alla Torre del Oro a Siviglia, Magellano e "su piloto" Elcano sono partiti da qui

Photobucket


C'è ancora corrente in uscita del fiume





poi si entra nel fiume vero e proprio

Photobucket


e ci si puo' dedicare ad attività in genere bisettimanali



si incrociano le barche locali

Photobucket


Photobucket


piccola sosta con bagnetto




immagini del fiume

Photobucket


Photobucket


Photobucket


dopo la sosta di un paio d'ore all'ancora prima di passare, videocamera in mano a Bora per il passaggio della chiusa




dopo la chiusa bisogna aspettare l'apertura del ponte




tutta sta storia poteva generare solo un tipo di reazione (fare clic per vedere nei primi fotogrammi la reazione fisiologica immediata a tanti video)





passaggio passaggio




il Branca attaccato al pontile di Siviglia

Photobucket

25 giu 2010

séquence émotion

Nous avons mis le cap sur Séville. Mais avant cela, nous avions deux escales hautement stratégiques qui nous attendaient : Tout d'abord, nous avons fait un détour par Ayamonte pour récupérer le sac à dos de Tea qu'elle avait chargé de divers doudous et objets cultes et négligemment abandonné lors de notre dernier passage à la capitainerie. Heureusement, entre-temps, il avait été retrouvé et précieusement conservé par le personnel du port (certainement une maman compatissante). Ensuite, il nous fallait faire un crochet par Vila Real, objectif : dévaliser les rayons de pâtes Barilla et De Cecco repérés lors de l'escale précédente. Ces denrées sont suffisamment rares et leur présence dans un supermarché au sud du Portugal suffisamment exceptionnelle pour que nous passions à côté sans accoster. D'autant plus que nous avons quelques jours à perdre, la remontée du Guadalquivir ne pouvant se faire qu'autour du 23-24 juin. Ces deux missions accomplies avec succès, nous avons pu embarquer le cœur léger et les cales pleines.

Nous sommes partis au lever du jour de Chipiona (où nous avions fait escale juste pour la nuit) et avons commencé la lente remontée du fleuve, 10 heures de navigation au moteur nous attendaient. Navigation plutôt tranquille puisque sur un fleuve, donc une eau parfaitement plate, mais sous un soleil de plomb. Nous arrivons à 15h à l'écluse du port de Séville. Nous avisons le responsable du lieu par radio de notre souhait de traverser l'écluse, lui demandant notre heure de passage. Devant nous, nous observons un cargo négocier son passage, manœuvre impressionnante, compte-tenu de l'étroitesse de l'écluse et de sa taille à lui. Notre tour est prévu à 19h (difficile de comprendre le choix de ce horaire, après notre ami le cargo, aucun autre bateau ne s'est présenté au passage). Dans l'attente, nous jetons l'ancre, sortons la piscine en plastique que nous remplissons d'eau pour permettre aux filles de se rafraichir, le soleil tape fort et il fait très chaud. Notre heure arrive, nous préparons le bateau à vivre cette expérience qui selon les témoignages (il est vrai qui traitaient du passage de Panama) peut s'avérer traumatisante et dont on sort rarement indemne. Les portes s'ouvrent, nous pénétrons l'écluse, nous nous attachons à une échelle latérale, visiblement, l'endroit n'a pas été conçu pour les voiliers mais enfin, on s'arrime comme on peut et attendons que le monte, je suis excitée par cette expérience inédite mais au aussi un peu inquiète. Les portes s'ouvrent devant nous lassant percevoir la ville de Séville à l'horizon. Mais, il faut la mériter la ville de Séville, aussi il nous reste encore un pont à passer. En effet, le port de plaisance est situé après un pont routier, trop bas sur l'eau pour laisser passer des bateaux, mais conçu ingénieusement pour s'ouvrir une fois par jour, interrompant le trafique routier pour céder la place au trafique fluvial. Cette ouverture est prévue à 22h. Cette fois-ci, nous nous amarrons à un ponton latéral, prévu pour le déchargement des cargos de commerce, mais bon cela fera l'affaire, juste quelques heures, le temps de dîner et nous nous présentons devant le pont. Deux autres bateaux nous ont rejoints pour profiter de cette unique ouverture de la journée. Les deux feux du pont passent au vert, nous pouvons voir les voitures s'arrêter et le pont s'ouvrir en deux, chaque partie se soulevant pour nous ouvrir le passage. Derrière, c'est la ville de Séville, elle s'est faite désirer mais quelle émotion d'y arriver en bateau quand on en pense que c'est d'ici que Magellan est parti il y a quelques siècles de cela.

Pour ceux ou celles qui se demanderaient s'il n'y aurait pas une vidéo pour accompagner ce long discours, je vous serais reconnaissante de ne pas soulever ce sujet, car il est encore très douloureux : j'étais responsable de la caméra pour le passage de l'écluse, et je ne m'explique toujours pas ce qui c'est passé. Je mettrais cela sur le compte de l'émotion, mais bien que convaincue de filmer ce moment unique, le résultat est un film noir, le néant à l'image de la déception de Roberto qui bien qu'il ne dise trop rien, continue à me regarder bizarrement. Je suis inquiète, j'aurais autant préférer une franche engueulade pour clore l'affaire.

 
 
*** mais non, mais non, les vidéos vont arriver
heureusement Bora sait faire la différence entre touche ON et touche OFF... ***

23 giu 2010

Sevilla - 1

Ci siamo, bolliti dal sole ma ci siamo, abbiamo un reportage di tutta la risalita del fiume, ora appena arrivati siam morti (anche qui wifi nel marina!) ma domani o dopodomani lo mettiamo.

21 giu 2010

El Rompido

Puerto El Rompido, un nome un po' infelice per un luogo davvero carino: si deve passare la barra d'ingresso che è a quota 1m, poi si risale il fiume tranquillamente, un porticciolo con cittadina a fianco, wifi in barca, golf a poca distanza (disse lui che non ha mai preso un club in mano), gentilezza ovunque.



D


Dal porto col gommone si puo' attraversare il fiume e arrivare sul lato "mare" dell'isola, una spiaggia lunga come in Normandia, con 10°C in più



Frontiera Portogallo - Spagna

20 giu 2010

Perché la barca sta cosi' ?

 Prime navigazioni "inclinati", le bambine prendono i loro... rilevamenti




18 giu 2010

VID - Vivere pericolosamente

 Quanto a rischi, gli orsetti non sono da meno a nessuno



17 giu 2010

Laguna di Faro e Olhão

 Un po' di anda e rianda in questa laguna: la prima volta siamo entrati con un bel 5Bft, poi passato a 6 Bft per due giorni, siamo stati bene all'ancora ma andare a terra con il gommone la maretta significava bel bagno per tutti, allora si sono inventati giochi alternativi


Dopo tre giorni siamo andati via, il vento è un po' calato e siamo tornati due giorni dopo, per trovare dove ancorare si fanno un po' di zigzag per trovare una zona più profonda, poi a bassa marea ci sono questi spettacoli:


Photobucket

Dall'ancoraggio con il gommone siamo andati a Faro, paesino molto carino, altra simil-colonia inglese, ocn le cicogne che fanno il nido dappertutto.

Da li' poi usciti dalla laguna, bellissima giornata verso Ayamonte e hop, un nebbione della miseria a metà strada, atterraggio piano piano con il radar, la trombetta, l'ingresso non è facile facile con dei bassifondi ai due lati, un tracciato di boe messe in tutt'altra posizione rispetto al cartografico, ma sempre meglio far pratica quando se ne ha la possibilità e il morale.
Photobucket Subito dopo la vista del molo la nebbia si è schiarita:



Spesa italiana

A Vila Real abbiamo trovato un posticino che vendeva pastasciutta De Cecco e parmigiano reggiano, poveretti gliel'abbiamo svuotato, persino le scatole metalliche azzurre che in Italia non avevo mai visto. Poi visto che fra un po' lasciamo il Portogallo idem al supermercato con la Barilla, in Spagna hanno solo pasta locale, non è male ma a scanso di rischi abbiamo fatot il pieno, lasciando un bel buco negli scaffali. 
Poi bottiglie di vinho verde, un frizzantino poco alcolico che d'estate è davvero una goduria, e un po' di vino bianco da cucina, fra pesce e frutti di mare...



Photobucket

16 giu 2010

même en congé sabbatique, il y a des jours "sans"

Nous avons quitté les ports pour passer quelques jours au mouillage, dans une réserve naturelle et jetons  l'ancre au large d'une île protégée, jusque là tout s'annonçait plutôt bien. Le lendemain de notre arrivée, j'aurais du savoir que cela allait être une mauvaise journée. Déjà le bruit de la pluie qui tombe sur le bateau aurait du être un premier indice. Ensuite le vent (force 6-7) et la houle qui s'était formée donnaient plutôt envie de replonger le nez dans le sac de couchage et d'attendre l'amélioration. Malheureusement, Tea ce matin-là a décidé qu'il était temps de commencer sa journée et que c'était l'heure de son sacro-saint biberon. Il nous fallait donc nous lever. Les filles voulaient absolument sortir avec les cirées et les bottes, alors que rien que l'idée de les sortir du fonds du placard m'a plongée dans un état de déprime avancée. J'ai négocié les cirées contre les déguisements de pirates et obtenu ainsi quelques instants de tranquillité. L'amélioration n'arrivant pas nous avons décidé de tenter notre chance dans le port du fonds de la lagune, bien que dans le guide les indications aient été très floues. Nous levons l'ancre et mettons donc le cap au moteur ayant le vent en pleine face sur Olhao. Pendant ce temps pour compenser je m'active au fourneau, l'idée de manger dans un port sans roulis éclaircissant un peu la journée. A l'approche du port, nous préparons le bateau pour accoster, le courant violent et le vent rendent les manœuvres particulièrement délicates. Alors que je m'apprêtai à sauter sur le ponton, nous nous faisons gentiment mais ferment renvoyer  par un employé du port qui malgré des places vides apparentes sur le ponton, nous informe que le port est complet. Pas le temps de discuter, Roberto maintient difficilement le bateau, nous  rebroussons chemin, tout penauds car nous n'avons d'autre alternative maintenant que chercher un autre mouillage mieux adapté aux conditions du  vent, mais toujours sans possibilité d'aller à terre. Pendant ce temps, les filles tournent en rond à l'intérieur du bateau,  enchainant les bêtises pour Bora et les chutes pour Tea. La cérise sur le gâteau aura été pour couronner cette journée mon repas patiemment préparé complètement raté à cause d'un minuteur (pour ne pas le citer made « in China ») qui décomptait les minutes deux fois plus vite qu'une horloge suisse. Pas étonnant que mon gratin de légumes soit sorti cru du four. Dépités par cette accumulation de malchance, on s'est rabattus sur des crackers, quelques bières et on a attendu l'amélioration qui n'a pas manqué de se présenter le lendemain. Comme quoi, même en congé sabbatique, il peut y avoir des  « jours sans », mais l'avantage que nous avons c'est que nous pouvons toujours nous rattraper le jour d'après.  

Les soeurs

Photobucket Photobucket Photobucket Photobucket

15 giu 2010

VID - Sipario

Proprio aver tempo da perdere, fatto un videino sul sipario visto da dentro, devo dire funziona proprio bene 

http://sybrancaleone.blogspot.com/2010/06/sipario.html




14 giu 2010

VID - Primo giretto in gommone - Première excursion en annexe - Lagune de Faro

VID - Partenza da Chipiona - Départ

 

13 giu 2010

Quelques photos

La "Belle de Cadix", Croisières Parisiennes (pensa te) dopo aver seminato il terrore nell'ancoraggio attracca al molo di Alcoutim, sul fiume 

Photobucket


Scendiamo il fiume *A VELA*, spettacolo, l e piccole provano a pescare
Photobucket

Photobucket


Photobucket 

Colazione con Nutella
Photobucket 



Escape from Alcatraz

Photobucket 
Photobucket 
Photobucket 

Les soeurs se trouvent, se retrouvent
Photobucket

12 giu 2010

Sipario!

 Restava un po' di tela cristal dall'anno scorso, o crystal se uno vuole, quando ho rifatto le finestre della capottina, ho usato una parte dei resti per fare questa copertura per il tambuccio: è legata al bordo superiore del tambuccio  scorrevole con un elastico che passa dentro a una guaina in tessuto, la si puo' buttare sopra e dimenticarla, oppure quando piove, o quando faccio retromarcia contro 5-6Bft di vento e l'acqua corre in pozzetto, copre benissimo l'entrata, da dentro si vede e si sente fuori, restando all'asciutto; per entrare o uscire si alza e via.





Photobucket

Sembra orrendo ma no, funziona davvero.
Photobucket

11 giu 2010

Tendalino 1

Dopo la sviolinata di Daphne (roba da incorniciare), qualche foto del tendone, di cui sono orgogliosissimo! Magari dà qualche idea ad altri

E' fatto da due teli completamente separati lungo la linea centrale, collegati con una zip da 3m fra il paterazzo e il bozzello poppiero della scotta della randa, e una serie di aggancie centrali, che collegano i due teli e al tempo stesso attaccano il tendone al *di sotto* del boma.
Perché sotto, perché sganciando il collegamento alla varea del boma il tendone collassa e prende una forma concava, dove mettero' un passascafo da 30 (trovato oggi!) per raccogliere la pioggia: con un aggancio in più o in meno ripara da pioggia e sole o si trasforma in raccoglitore gigante di acqua piovana.




Photobucket

Ai lati ho fatto tre segmenti, arrotolabili: quando si vuole stare all'ombra ombra si lasciano tutti giù (come nella foto), quando si vuole un po' più di panorama si possono arrotolare parzialmente.
Il tendalino è sostenuto da due cime che partono dal catafalco e vanno alle sartie. Longitudinalmente, puo' essere ridotto di un terzo (il terzo prodiero), sempre arrotolandolo.
Quando si toglie tutto, si arrotola e si fissa al catafalco di poppa, a far compagnia ai pannelli.
Testato con una ventina di nodi di vento, tutto ben teso non si muove di un centimetro.

Di giorno aggiunge un attico incredibile al Branca, di sera fa un po' terrasse di Montparnasse, parigini va...
Photobucket

7 giu 2010

hymne à Roberto, une fois n'est pas coutume

Nous avons passé une semaine dans notre coin de paradis où nous avons même reçu la visite de nos amis lillois Valou et Ahmed. En vacances en Andalousie, ils sont venus passer 2 jours avec nous. Malheureusement, nous n'avons pas pu les accueillir pour dormir à bord car nos deux filles (2 ans et demi et 6 ans) occupent à elles seules tout le bateau, nous laissant gentiment une cabine pour dormir Robi et moi. Nous avons quand même partagé du poisson grillé au BBQ, des après-midis à la plage fluviale les pieds dans l'eau et la bière à la main, à rechercher pour Ahmed une passion lui permettant d'arrêter de travailler, (le cas de Valou étant plus simple, il lui faudrait de toutes façons continuer à trimer pour permettre à Ahmed de vivre sa future passion, dès qu'il l'aura découverte), tout cela nous laissant bien entendu des souvenirs inoubliables. Avis aux amateurs qui voudraient venir nous voir !
Durant ces quelques jours, nous avons expérimenté les grandes chaleurs, Alcoutim étant dans les terres, en l'absence de vent, les températures grimpent rapidement et le soleil ne fait aucun cadeau. Jamais je n'aurais pensé, après mes 3 derniers étés passés sur le bateau en Bretagne à attendre les éclaircies (qui ne sont d'ailleurs jamais venues, du moins pas durant mes vacances), pouvoir souhaiter l'arrivée de nuages pour me protéger du soleil. Et pourtant, j'avoue certains jours l'avoir espérée très fort. D'autant plus, qu'à notre arrivée à Alcoutim, nous n'étions pas encore équipés du fameux bimini (parasol géant qui protège le cockpit du bateau). Ayant trouvé personne pour nous faire les supports, nous avions donc quitté Chipiona avec le tissu mais sans l'armature métallique. Pourtant rapidement nous nous sommes rendus compte que nous ne pouvions pas vivre sans, la température à l'intérieur du bateau étant montée à 35°C, pour donner une idée de celle à l'extérieur…. Robi a alors utilisé toutes ses ressources d'ingéniosité pour concevoir « sur-mesure » un taud de soleil recouvrant le bateau aux ¾, abaissant consécutivement la température de 10°C et nous permettant de rester à l'extérieur en toutes circonstances, soleil et accessoirement peut-être un jour, pluies tropicales.
Depuis le temps que je pestais contre mon cher et tendre mari pour toutes ces semaines passées à travailler sur le bateau, me laissant seule à Paris avec les filles sans pour autant que les travaux et changements apportés soient visibles à mes yeux de néophyte. Il ne manquait pas de m'expliquer l'apport crucial de ces modifications et leur importance stratégique. Ceci m'avait d'ailleurs amenée à conclure qu'en cas de « survie » nous étions extrêmement bien équipés, restait juste à présent à travailler à l'amélioration du cas simple de  « vie à bord » (certainement beaucoup moins stratégique pour le capitaine, mais tout aussi intéressant pour sa femme). Avec la conception de ce taud de soleil, j'ai pu enfin goûter en direct aux bénéfices de ses travaux, qui, en l'occurrence relevaient du cas numéro 1 à savoir « la survie à bord ». Pour la conception du dît taud de soleil, Robi a quand même travaillé 1 jour et demi, sur le ponton agenouillé sur la machine à coudre dans la fournaise du soleil andalous, il a d'ailleurs recueilli à cette occasion non seulement l'estime et l'admiration de sa femme (qui lui étaient déjà acquises) mais aussi celle de tous les marins du port qui ont pu observer la progression de son ouvrage dans des circonstances particulièrement difficiles.      

4 giu 2010

après l'effort, le réconfort

Après 2 jours de navigation houleuse, nous avons commencé à remonter le fleuve Guadiana qui sépare le Portugal de l’Espagne pour finir dans un petit coin de paradis portugais: Alcoutim, avec son port de plaisance, capacité d’accueil maximum 8 bateaux, son agence du Crédit Agricole et son internet café, ombragé avec vue sur le port. Un bac fait l’aller retour entre l’Espagne et le Portugal, Alcoutim ayant une sœur espagnole, de l’autre côté du fleuve.
Il faut se souvenir qu’il y a un décalage d’une heure entre l’Espagne et le Portugal et les 2 villages étant dotés chacun d’une église, chaque clocher veut imposer à l’autre son heure officielle, et c’est ainsi que l’écho de leur cloche raisonne au dessus du fleuve. Le clocher espagnol ouvre les hostilités et égraine le nombre d’heures qui passent selon lui, le portugais répondant avec un coup de cloche en moins, et l’espagnol de sonner une dernière fois pour lever toute ambiguïté, si jamais quelqu’un avait encore un doute sur l’heure qu’il pouvait être. Avec tout cela, nous avons complètement perdu le sens du temps, l’Heure Universelle (GMT) reste notre seul repère durant la journée. Mais c’est surtout le soleil qui la rythme, son intensité nous obligeant à suspendre nos activités en extérieur entre midi et 16h et à rechercher l’ombre à tout prix, la température sous le soleil montant facilement jusqu’à 38°C. Heureusement, il y a une charmante plage fluviale à 10 minutes à pied du bateau qui nous permet d’emmener les filles se baigner, sinon le tuyau d’arrosage connecté au ponton reste encore le moyen le plus facile et le plus simple pour se rafraichir à bord et même faire prendre leur douche à nos demoiselles.   

Vila Real

Dopo una settimana passata sul fiume, siamo di nuovo alla foce, questa volta lato portoghese, a Vila Real de Santo Antonio. Cittadina deliziosa, internet in barca per tutti con il progetto Algarve Digital, wifi gratuito per tutti.
Ieri e ieri l'altro la visita di Valou e Ahmed, non venuti apposta per noi ma quasi, "ma dove siete andati a nascondervi". Altri due possibili candidati alla crisi della quarantina, mentre cucinavo le quattro orate sul barbecue lui dice sorridendo "mi devo trovare una passione anch'io, cosi' finalmente posso smettere di lavorare".
Aggiustato ancora il tendalino gigante; un po' di ora passate alla spiaggia fluviale in un affluente del Guadiana, angolino di paradiso. Il tempo di mettere qualche videino.

1 giu 2010

Qué calor

Andalusia allo stato puro, fino a una decina di giorni fa eravamo con giubbottino, golfino, cappellino, ora sono fra i 30 e 35°C al giorno.
Avuta l'ottima idea di costruire il tendalino durante il pisolino pomeridiano delle figlie: testa arrosto, pero' -quasi finito- abbiamo un tendalino a prova di tempesta che copre metà barca, risultato temperatura all'interno scesa di 5-10°, e venticello "fresco" in coperta.
Stasera o domani lo finisco poi metto qualche foto, a volte venissero delle idee a qualcun altro.

Come vicino di barca abbiamo Frank Singleton, pensa te, di ritorno in UK dopo dieci anni di mediterraneo
http://weather.mailasail.com/Franks-Weather/Home

la moglie aveva una azienda che faceva tendalini per barche, roba da ridere domani sentiro' le mie...



ps accidenti, in tempo reale:

guardate su "Up river to Alcoutiom, 18 NM"
http://weather.mailasail.com/Franks-Weather/Franks-Current-Log