22 giu 2011

Qualche fotina

Cabina di una figlia


Photobucket

cabina dell'altra figlia

Photobucket

Tea spazzola i semi di cacao messi al sole

Photobucket


Con un'amica in un'isola
Photobucket

Cambiando le batterie, circa 37°C
Photobucket

Giocare a carte con un leone
Photobucket

questo leone

Photobucket


20 giu 2011

FRA - Maman, quand est-ce qu'il pleut ?

Le 21 juin, c'est l'été qui commence pour l'hémisphère nord, mais pour nous au sud de l'équateur, c'est l'hiver. La température s'abaisse alors de plusieurs degrés mais reste tout à fait plaisante. On note surtout un changement dans la pluviométrie et dans la direction et la force des vents. Aussi, ces derniers temps entre des pluies diluviennes ou un vent à décorner des bœufs, nous nous sommes retrouvés coincés à bord sans pouvoir mettre le « nez dehors » et un « pied à terre ».

Comment alors occuper ces journées entières ?
Il y aurait bien la solution de facilité consistant à mettre les filles devant des DVD toute la journée, mais j'ai quelques scrupules. La maman bobo, sur-investie dans l'éducation de ses enfants que je suis, ne peut céder à ce type de tentation. Alors je fais appel à toute mon imagination, ingéniosité, patience et énergie pour faire passer ces journées de la façon la plus agréable possible.
J'organise activités manuelles, peinture, pâtisserie, lecture, jeux de société. Disposant de temps, nous mitonnons des petits plats, préparons des déserts.
Nous organisons même des séances de cinéma avec pop corn.


Alors même si pour moi ces journées sont exténuantes, je pense en toute objectivité avoir atteint mon objectif puisque maintenant Bora et Tea réclament de la pluie !




18 giu 2011

Biberon, fioriere e altre riparazioni...

Quando non si ha accesso a quasi nulla, per riparare le cose ci si arrangia:

toppa sul gommone, loctite e pezzo di duck tape, da due mesi non devo più rigonfiarlo

Photobucket

toppa su una tanica in PET rotostampato, ci ho fuso un pezzo della stessa plastica e tiene..

Photobucket

mezzo marinaio, lo avevamo perso (rubato), trovato un gancio di scorta, una pertica di legno tropicale, ci abbiamo fatto l'impugnatura in cuoio per farlo più carino ah ah ah

Photobucket


comando del salpancora: andato tutto a farsi benedire, non si trovavano scatole elettriche stagne quindi abbiamo usato un microbiberon; per ora tiene bene

Photobucket

vaso di fiorni nel gommone, per ancora, tanichina, prolunga e sassola, finalmente non galleggia tutto in giro

Photobucket



17 giu 2011

Altri ancoraggi

Un altro paio di ancoraggi

Photobucket


Photobucket





FRA - Toute la vérité sur ....

Il y a encore quelques temps, ce n'était qu'un mauvais souvenir que j'essayais d'effacer de ma mémoire. Mais voilà qu'à mon plus grand désespoir nous avons été rattrapés par la réalité.


J'ai fait allusion dans un de mes récits en décembre dernier à un champignon apparu sur la tête de Tea contre lequel un médecin d'un dispensaire au Sénégal nous avait donné une lotion à appliquer quelques jours. La suite de l'histoire, je l'ai passée sous silence mais voici arrivé le moment de vérité.

Ce champignon loin de disparaître, a pris petit à petit possession du cuir-chevelu de Tea et a commencé à attaquer celui de sa sœur. Coachés par Anne (« Annetbenoit », nos invités de Noël), nous avons alors décidé de contre-attaquer avec un traitement plus agressif. Nous nous sommes rendus dans un autre dispensaire. Et là le couperet est tombé ! Il s'agit bien de la teigne. Rétrospectivement ce n'était pas une surprise, Anne la première, nous ayant annoncé la couleur. Mais nous avions alors préféré continuer à vivre dans le déni.
Cette maladie, bénigne en soi, est juste extrêmement contagieuse et particulièrement difficile à éradiquer.


Petite parenthèse : pour ceux ou celles qui se plaindraient des poux (durant ma vie terrestre ce fut mon cas mais je pense en particulier à Flo, ma belle-sœur tellement « poux-phobique » qu'elle a envoyé un soir mon frère dans une pharmacie de garde en Bretagne acheter des bombes anti-poux après en avoir découvert dans la tête de Bora. Mon frère après avoir parcouru 60Km est bien entendu revenu bredouille, le pharmacien l'ayant prié de repasser aux heures d'ouverture le lendemain, les poux ne relevant pas de l'urgence médicale). A tous ceux-là donc, je les prie à me croire sur parole, l'éradication du pou est une douce et agréable plaisanterie par rapport à la lutte contre la teigne.
Je m'explique : en plus de la prise d'un comprimé matin et soir qui à chaque fois  donne lieu à d'interminables négociations avec Tea, il faut badigeonner le cuir-chevelu 3 fois par jour d'une lotion grasse et répugnante.


Après 6 semaines de traitement, nous pensions naïvement en arrivant au Brésil nous en être débarrassés. C'était sous estimé la spécificité de ce champignon, il est teigneux !
Il y a une semaine, soit 3 mois plus tard, j'entre-aperçois de nouvelles plaques dont l'aspect m'est malheureusement familier. LA TEIGNE EST DE RETOUR !
Et là plus d'échappatoire possible, la teigne est une maladie donnant lieu à une éviction scolaire (allez comprendre pourquoi … ?). Nous voilà repartis pour 2 mois de marchandage (« si tu prends ton médicament contre la teigne tu auras un bonbon »), de menace (« si tu ne prends pas ton médicament contre la teigne, tu ne regarderas pas Cendrillon » ce soir), d'heures entières à badigeonner des cuirs-chevelu à la lumière d'une lampe frontale, la résultante étant ensuite des cheveux gras et collés.


Voilà, je voulais juste partager ces moments de pur bonheur avec nous, c'est à présent chose faite.          

16 giu 2011

Cascata di Tremembé

14° 08.68 S
039° 05.42 W

su google earth appare cosi'





Photobucket



sulla carta a maggior dettaglio
Photobucket

ingrandendo ingrandendo si arriva a (il blocco nero è la linea di costa della carta ingrandita al massimo)

Photobucket
ci siamo arrivati in barca, sul catamarano Kea di Dominic e Dominique; che goduria per una volta essere sulla barca di qualcun altro..










e dopo cinque minuti...

Photobucket


Photobucket




12 giu 2011

Bikini per tutte

Nelle foto le nostre due figlie appaiono in bikini: tre e sette anni, fa abbastanza ridere. E' che si sono adattate ai costumi (!) locali: quando si va a comprare un costumino per bambini piccoli, sono tutti in due pezzi, da due anni in sù. Nerl Paese del "fio dental", il costume filo che passa in mezzo al sedere.

Le nostre due figurati se se lo lasciavano scappare, tutte contente ora vengono si girano e dicono "papà mi allacci il costume", e io a annodare bikini..

Quando ogni tanto magari stanno solo col pezzo sotto, la gente spesso ci chiede: sono due maschietti ?

FRA - Ilhéus haut lieu touristique méconnu de tous les guides….


Le mouillage est toujours rouleur, aussi le matin à peine le petit déjeuner terminé, nous nous rendons à terre. Nous nous installons à une table au bord de la piscine, le personnel du restaurant nous accueille gentiment bien que le service n’ait pas encore débuté. Roberto part à la recherche de nouvelles batteries, Tea joue, Bora étudie. Pour la pause, tout le monde à l’eau ! récréation aquatique. Ensuite pour le déjeuner, le restaurant sert des plats du jour tous plus appétissants les uns que les autres. En l’espace de 3 jours, tout le monde nous connait, enfin surtout les filles car ils ont peu l’occasion de voir des têtes blondes dans le coin. Nous rencontrons des gens au Iate Clube. Ils veulent en savoir plus sur nous, notre vie, notre voyage, nous invitent même chez eux. Nous avons l’impression d’appartenir à cet endroit comme si nous avions été là depuis toujours. Alors, comme on se sent bien ici et qu’il faut rester encore quelques temps pour faire les démarches de renouvèlement de visa, nous trouvons des excursions à faire. Nous visitons une plantation et une fabrique de cacao, le chocolat n’a plus aucun secret pour nous à présent. Puis nous prenons un bus et allons nous promener dans les environs. La forêt vierge (ou du moins ce qu’il en reste encore) étant en bordure de la ville, nous prenons les services d’un guide et allons y faire un tour, l’expérience étant des plus intéressantes pour approcher la flore et la faune locale. Et voilà comment les jours s’écoulent doucement à Ilhéus. Et puis un jour nous nous rendons compte que notre escale technique est terminée depuis quelques temps et que théoriquement plus rien ne nous retient ici si ce n’est un certain lien affectif qui s’est tissé au fil du temps.

3 semaines se sont écoulées depuis notre arrivée, les dernières évaluations du CNED envoyées, notre visa renouvelé et nos batteries neuves installées, nous devons à présent penser sérieusement à lever l’ancre et rompre le charme que cette ville, ses habitants, son Iate Clube, exercent sur nous. Et ce malgré le mauvais temps, les vagues, le vent, la houle, malgré un mouillage de qualité plus que médiocre qui en d’autres circonstances nous aurait fait fuir le plus tôt possible. Encore aujourd’hui, nous cherchons en vain à comprendre avec Roberto le charme ilhéoussien….

11 giu 2011

FRA - Encore Ilheus

Ilhéus, havre de paix.




Nous arrivons donc de nuit, après une journée de navigation épouvantable, vent et courant contre nous et par une pluie battante. Nous jetons l’ancre et attendons avec impatience le lendemain pour nous mettre à la recherche de nos batteries. Très rapidement, ce mouillage va se révéler particulièrement inconfortable. Mouillage dit « rouleur » pour les initiés : une magnifique houle de travers formée par le mauvais temps fait justement rouler le bateau, me rappelant mes plus horribles souvenirs de navigation, nous obligeant à dormir dans nos toiles anti-roulis, à nous accrocher dans nos moindres déplacements, et bien entendu à bloquer tous les objets susceptibles de voler d’un bord à l’autre au passage de chaque vague. Un mouillage donc de rêve comme je le disais.

Le lendemain, impossible de mettre le nez dehors, il pleut sans interruption et cette maudite houle nous interdit de toutes les façons tout accès à terre sauf à vouloir rivaliser avec le « débarquement en Normandie », avec 2 enfants en bas âge..., je doute que leurs grands parents auraient vraiment apprécié cette initiative.

Le lendemain, c’est dimanche, il nous faudra donc attendre une journée supplémentaire dans cet endroit idyllique pour trouver les magasins ouverts.

Mais voilà, le soleil revenu, bien que l’accès à terre reste sportif, Ilhéus Iate Clube se révèle un endroit plein de surprises. Un restaurant sur pilotis donnant d’un côté vue sur notre mouillage, et de l’autre sur une magnifique piscine à trois bassins, reliés les uns aux autres par des mini-cascades (pour la plus grande joie des filles), le tout entouré d’une végétation luxuriante. Après être restés reclus à bord dans les conditions décrites précédemment pendant 48h, cet endroit a comme on dit « un goût de paradis ».



10 giu 2011

Shhh, non dovrei dirlo

...ma ogni tanto ci si trova a parlare di "prossimo giro", "prossima barca".
Beh non tanto io che comunque ho il chiodo fisso, ma soprattutto Daphne.

FRA - Escale à Ilheus

Au début cela devait être une simple escale technique mais depuis que nous avons jeté l’ancre devant l’Ilhéus Iate Clube, nous n’arrivons plus à en repartir.


Depuis le début de la saison des pluies, l’ensoleillement est plus limité et nos panneaux solaires peinent à donner l’énergie nécessaire à nos besoins quotidiens. Ajouter à cela des batteries qui donnent des signes de faiblesse de plus en plus préoccupants, ne se rechargeant presque plus…. Et voilà comment un soir, alors que nous retournons à bord, plus rien ne s’allume. Roberto fait tourner immédiatement le moteur pour fournir l’énergie indispensable aux instruments de bord, feux de mouillage, GPS... Pour ralentir au maximum l’agonie de nos batteries, nous devons rationner l’utilisation des lumières, de nos ordinateurs, du lecteur DVD des filles. Même le frigo (le plus gourmand de tous en électricité) se met automatiquement en veille tous les soirs faute de courant pour l’alimenter. Nous n’avons donc plus le choix et devons abandonner la compagnie de 3 autres bateaux rencontrés à Salvador et avec lesquels nous faisions route vers le Sud pour mettre le cap sur la première ville dans l’espoir d’y trouver de nouvelles batteries.

Voilà comment nous avons débarqué il y a 3 semaines dans la douce ville d’Ilhéus.

09 giu 2011

Foto di gruppo

Ogni tanto qualcuno ci offre una foto di gruppo

Photobucket

08 giu 2011

Programmi, più o meno

In Brasile, uno straniero ha diritto a 90 giorni di visto turistico, rinnovabili una volta per altri 90 giorni (non assicurati ma praticamente li danno sempre). Dopo 180 giorni nel Paese bisogna uscire e non si puo' rientrare prima che siano passati sei mesi.
Lo fanno perché altrimenti ci sarebbero cinquemila barche fisse qui, credo, ma vai a sapere.
I nostri 180 giorni terminano a metà agosto, quindi a metà agosto dobbiamo partire.
Dopo averic pensato un po' sù, lasciamo la barca qui, o a Salvador o più a nord a João Pessoa, e torniamo a casa. Le bambine riprendono la scuola normale, Daphne il lavoro, per un altro bell'inverno parigino.

A fine febbraio-marzo 2012 io torno qui a prendere la barca per riportarla in Bretagna. Shhh, ma non escludo ci siano opportunità per gli affezionati lettori; in mente un programmino niente male, vedremo.


Brasil, qualche immagine

Photobucket



Photobucket


Photobucket


Photobucket


da che parte si passa in questo canale ?
Photobucket







Photobucket


Photobucket



Photobucket

07 giu 2011

Ilheus, videino dello Iate Clube

Una giornata a Ilheus