23 ott 2016

CAP VERT suite


Mindelo : Nous pensions y rester 3 jours le temps de : faire les évaluations pour le CNED les envoyer et se ravitailler. Au final nous y sommes restés 9.
D'abord parce que j'avais sous-estimé les difficultés (essentiellement techniques) que je rencontrais avec les évaluations et ensuite parce que nous avons été rattrapés par un virus qui a contaminé toute la famille.
Aussi ce n'est pas sans un certain soulagement que nous réussissons finalement à quitter Mindelo pour un mouillage sauvage de l'autre côté de l'île de Sao Vicente.
Nous sommes en compagnie d'un autre voilier, Mizar. Nous avons fait la connaissance de son équipage, une famille avec 2 enfants à peu près du même âge que les nôtres. Leur compagnie étant très agréable nous décidons de faire un petit bout de chemin ensemble à la plus grande joie des enfants !
Nous sommes à présent au mouillage devant l'île de Santa Luzia dans une réserve naturelle, autour de nous le bleu intense de la mer, devant une longue bande de sable claire et la roche sauvage.
Rien de tel pour se ressourcer !



19 ott 2016

Settimana horribilis a Mindelo

Arrivati a Mindelo, pensavamo fare entrata e permessi e partire per le isole, invece eccoci ancora qui nel marina.
Primo responsabile, il Cned, il centro che assicura gli studi delle bambine. Se nel corso del primo brancagiro tutto era stato perfetto, Daphne (che si occupa in toto della scuola, io seguo in toto barca e navigazione), sta diventando matta con l amministrazione dell education publique. Meta del programma di Tea non e' ancora disponibile, il resto lo si puo fare solo avendo collegamento internet: come soluzione nomade geniale, un gran gran numero di posti dove andiamo (oltre alle navigazioni) non abbiamo internet, quindi cercare di recuperare tutto il tempo perduto.
Per Bora marginalmente meglio, siamo riusciti a scaricqre e stamparle tutto e piu o meno se la cava.
Seconda causa: arrivati qui, Tea infezione gastrointestinale: uno due giorni di vomito, seguito da uno due giorni di corse al gabinetto a tutte velocita.  Passato per lei, zac stessa roba per Bora; manco a dirlo poco dopo anche Daphne, io per ora solo un episodio di disidratazione: ho bevuto tre quattro bottiglie d acqua senza alcun bisogno di fare pipi, indi la mia deduzione medica :)
Non abbiamo idea da dove venga: nel primo brancagiro con quattro mesi di africa "dura" non era mai stato male nessuno, questa volta vai a sapere. Bere beviamo esclusivamente acqua in bottiglia, niente ghiaccioli nei risdtoranti, il detto inglese "boil it, cook it, peel it or forget it" seguito come mantra (cotto, bollito o sbucciato, altrimenti dimenticato, tradotto tanto per fare rima).
Punto positivo: incontrata una altra barca con bambini coetanei, luii olandese lei giapponese, vivono in francia quindi i bambini parlano senza problemi. Hanno un magnifico Boreal 47 tutto nuovo, le nostre la chjiamano "la barca lussuosa".
Gran simpatia anche dei genitori, fra l altro -roba da ridere- lui lavora dove lavoravo io dieci anni fa prima della mia seconda vita, ha come colleghi alcuni miei vecchi colleghi, gli ha mandato un sms "sono a mindelo con roberto", con grandi risate collettive per interposto internet.
Speriamo di poter partire presto, a fine mese salpiamo comunque per le Bijagos, visa oblige.

15 ott 2016

"Arrivano quelli dell'ARC"

Frase che taglia le gambe, non appena la si sente pronunciare da un qualche vicino: "il giorno tot arrivano quelli dell'ARC".
L'arrivo di quelli dell'ARC è un momento temuto da tutti: all'improvviso non c'è più acqua perché "è per quelli dell'ARC", se uno ha fatto amicizia con un vicino di ormeggio bisogna liquidarsi immediatamente perché siccome "arrivano quelli dell'ARC" le barche sono spostate a mezzo miglio di distanza l'una dall'altra, negozi di materiale vario all'improvviso non hanno più niente di disponibile perché lo tengono da parte potrebbe servire a "quelli dell'ARC", gasolio idem tutto per "quelli dell'ARC" che lo prenderanno tutto, gas Camping Gaz o Calor Gaz tutto esaurito "è per quelli dell'ARC" che notoriamente cucinano come pazzi; docce neanche a parlarne tutte riservate a "quelli dell'ARC".
Quando poi all'orizzonte appare la prima barca di quelli dell'ARC con la sua bella bandiera sventolante, oh che momento di grande letizia pensare che di li' a poco ce ne saranno altre 100-200, tutte identicamente belle e sfavillanti, le une accanto alle altre.
.
Ok, messaggio un po' gratuitamente cattivo, pensa te mi sono anche (molto) trattenuto.

14 ott 2016

Scambio di sogni con Kuarup

A fianco a noi, ormeggiato Kuarup, barca brasiliana che ha alimentato un qualche mio sogno, la seguo ormai da vari anni..

Scambio di esperienze, Fabio (brasiliano ma origine italianissima, anche il passaporto) mi racconta dei suoi giri nel Nordeste e su per l'Amazonas (ha passato dieci anni lavorando come medico con alcuni gruppi di indios nell'alto Amazonas), dice che il suo sogno era la guinea bissau ma non ha tempo, partono domani da qui verso Fernando de Noronha.
Scambiamo con il nostro sogno, passare dove è andato lui.

Beleza, dizem os brasileiros. 

Mindelo, Cabo Verde

Arrivati a Mindelo un paio di giorni fa, da qui passeremo un paio di settimane nell'arcipelago, poi verso la Guinea Bissau.


Gomera Cap Vert 7 jours de navigation


Nous avons quitté la Gomera (île des Canaries) pour l'île de Soa Vicente au Cap Vert. Cette fois-ci ce n'est pas tant la météo que la date de notre visa pour la Guinée Bissao (notre prochaine destination après le Cap vert), déjà imprimée sur nos passeports qui nous pousse à partir.
D'ailleurs cela n'a pas manqué, à peine l'île disparaît derrière nous dans la brume que le vent faiblit. C'est pas désagréable, avec un vent arrière, le bateau oscille peu car une mer sans vent est une mer plutôt plate. Comme disent les filles, on a presque l'impression d'être amarrés au port. Notre vie à bord est en conséquence assez confortable et similaire à celle à terre : du CNED, la possibilité de cuisiner, on regarde même un Dvd en fin de journée.
Mais voilà, l'inconvénient de « peu de vent », est aussi « peu de vitesse ». Vers 2h du matin, notre bateau est quasiment à l'arrêt, pas d'autre solution pour Roberto que d'allumer le moteur. Ce dernier commence rapidement à émettre des sons suspects pour ensuite se gripper sérieusement et finir par s'arrêter définitivement. En pleine nuit notre skipper n'y peut malheureusement pas grand-chose. Les heures passent, nous faisons quasiment du surplace.
Il faut attendre le retour de la lumière du jour pour permettre à Roberto de se plonger dans la littérature référente au sujet et de plonger ensuite physiquement dans le cœur du moteur à la recherche de la cause de l'avarie. Pendant ce temps-là, le bateau ondule de droite à gauche, livré aux seuls mouvements des vagues.
Le temps passe, nous avons laissé à Roberto le champ libre à l'intérieur du bateau et dans le calme d'une mer d'huile sans vent et donc sans bruit, nous progressons dans l'étude des modules du CNED. Enfin, une tête émerge en nage, les lunettes au bout du nez, les mains noires de gazole mais le sourire aux lèvres : c'est bon, l'origine de la panne est identifiée et surtout se répare même en pleine mer. Encore une petite heure et le moteur repart, nous pouvons reprendre notre route. Nous avons quand même perdu quasiment une journée mais le morale de l'équipage est bon. Le reste de la navigation se déroule tranquillement, le vent se lève et nous pouvons à nouveau avancer à la voile. Cela bouge davantage à bord mais on ne peut pas tout avoir et puis de toutes les façons, nous sommes maintenant amarinés.
Nous fêtons l'anniversaire du capitaine en mer, c'est un grand jours puisqu'il réussi à pêcher 2 poissons d'affilée, mais nous la jouons pêche sportive (après la photo souvenir, nous relâchons nos prises). Faut comprendre, grâce à notre voisin de ponton de la Gomera, nous mangeons du poisson matin midi et soir depuis 1 semaine et nous rêvons plutôt  actuellement d'un bon hamburger. J'en suis pas fière mais c'est mon estomac qui parle.

08 ott 2016

Via Inmarsat:

A 530 miglia da cabo verde. 51esimo compleanno festeggiato con ritorno del
vento e ben due pesci (rilasciati perche in ultimi giorni mangiato oltre
tre chili di wahoo)

Please note your reply is limited to 160 Latin characters or approximately 135 for non-Latin characters.

Sent via Inmarsat. The mobile satellite company

07 ott 2016

Via Inmarsat:

Aggiunta: qualcuno ce la fa a registrare un passaggio satellitare ascat in
queste ore, zona fra canarie e capo verde, terzo settentrionale? Per vedere
ex post se fatta scelta giusta andare verso africa.

Please note your reply is limited to 160 Latin characters or approximately 135 for non-Latin characters.

Sent via Inmarsat. The mobile satellite company

Via Inmarsat:

25-11n 17-49w un po piu di vento ma sempre sotto le 100 miglia giorno.
Sole, musichine, le figlie fanno scuola e poi ballano...

Please note your reply is limited to 160 Latin characters or approximately 135 for non-Latin characters.

Sent via Inmarsat. The mobile satellite company

05 ott 2016

vive le poisson

Voilà quelques jours que nous nous régalons de poissons frais qui passent directement de la canne à pêche dans la casserole.
Ne nous emballons pas, n'ayant pas trop amélioré notre technique de pêche, il y avait peu d'espoir qu'il s'agisse de notre pêche. (dernier voyage, 15 mois 3 poissons).
Non mais nous avons la chance d'être amarré à côté d'un amateur de pêche sportive et plutôt talentueux si on en croit ce qu'il rapporte à chacune de ses sorties en mer. Ces prises étant des poissons de plusieurs dizaines de kilos ( la dernière en pesait une trentaine), il semble plutôt content de les partager avec nous. Nous avons eu le privilège de goûter à un poisson parait-il très difficile à pêcher et donc particulièrement gouteux, le wahoo. (je n'ai pas trouvé la traduction, mais c'est tout simplement divin), fond dans la bouche, pas une arrête et un fil d'huile d'olive et de citron lui suffisent.

Demain, nous prenons la mer à nouveau direction le Cap Mer, a priori 6 à 7 jours de navigation. Il nous reste encore quelques morceaux de la pêche généreuse de notre voisin mais aussi des boites de thon car malheureusement, nous préférons ne  pas miser sur nos performances de pêcheur pour  nourrir la famille.

En fonction des conditions de navigation, nous adapterons le programme de l'école à bord. Si c'est trop pénible, avec Tea nous apprendrons la Marseillaise pour son évaluation d'enseignement morale et civique ainsi qu'une chanson d'Alain Souchon pour l'évaluation en éducation musicale (à moins que ce soit le contraire…). Cela devrait pouvoir se faire même avec houle.

Ensuite j'ai prévu d'avancer sur le modules de macramé et de bracelet brésilien, cette activité a pour vertu de concentrer l'attention sur le nœud et de faire oublier le mal de mer (enfin jusqu'à un certain point seulement).


Pronti a partire verso Cabo Verde

Ultimi preparativi: spesona, ma soprattutto
1. Daphne ha gia pronti tutti i suoi artifici per tollerare il mal di maree
2. Tea ha il suo secchio personale legato al telo antirollio, guai a toccarglielo; ieri le ho anche faztto una cintura di sicurezza, "per agganciarsi come papa". Per provarla ora prazticamernte si aggancia sempre anche in porto, nel primo postro che trova.
3. Bora sta cercando di risolvere l'enigma "come sopravvivere una settimana senza wifi - e quando saremo a capo verde funzionaera' bene?
4. Io mi occupo del lato tecnico, la barca e' a posto, solo un po' di problemini con modifiche dei sistemi radio/satellite/email, sembrano funzionare a turno ha ha ha.

Un po' timore che sia un bel pezzo con poco vento, mi sa che azndremo a cercarlo vicino all Africa, mi sazrebbe piaciuta una sosta a Dakhla in Marocco ma a rigore i tempi sono troppo stretti, Daphne sta diventando matta con il cned (scuola) di Tea, non c e' quasi nulla di disponibile, mah vedremo.


03 ott 2016

Les messages en français, c'est bien... mouais

Bon, chaque fois que Daphne commence à écrire ses messages, c'est la déluge habituel de compliments, "encore! encore!, pas les trucs de ton mari où on ne comprend rien".
.
Siamo tornati a La Gomera, piccolo porticciolo che ci era piaciuto tanto e dove si sta molto bene.
Come vicini abbiamo una barca che esce ogni giorno a fare big game fishing, quando tornano hanno bestie da 50 e più chili e sono molto generosi: risultato da un po' di giorni mangiamo pesce. Ma che pesce! Abbiamo provato per la prima volta il wahoo ed è di una bontà indicibile, mai mangiato nulla di simile, cernia pesce spada tonno spigola ok ma cavolo questo wahoo è roba dell'altro mondo; abbiamo un fornelletto a gas portatile che mettiamo sul tavolo in pozzetto, con un asador, una plancha dove ognuno si cuoce le sue fettine (ispirato dal barbecue coreano pero' senza spezie coreane).Ieri poi abbiamo trovato del sushi/sashimi/maki, altro sballo pensando agli inverni parigini.

Finora navigazione abbastanza ventosa, sempre 5-6bft, tappe più lunghe rispetto all'inizio del primo BrancaGiro, 4-5 giorni; fra un paio di giorni partiamo per Cabo Verde, circa 700-750 miglia; l'importante sarà partire da li' a inizio novembre massimo, per andare in Guinea Bissau; in barca va tutto bene, devo scoprire una perdita in un serbatoio dell'acqua che mi ha riempito la sentina ma anche senza quello abbiamo riserve a sbafo.  


01 ott 2016

une journée type mais pas tant que cela (2/2)


Donc après ces quelques jours de navigation, nous sommes arrivés à l'île de Porto Santo à Madère. Ile volcanique comme toutes les îles de Madère, elle recouverte de roche foncée mais le processus de stratification est visible quand arrive de la mer et révèle différentes couleurs de roche superposées au cours du temps les unes après les autres.

L'ironie à présent, après s'être enfin amarinées, nous souffrons maintenant du mal de terre, heureusement c'est léger et en quelques heures oublié. Une fois touchés terre, il nous faut remettre le bateau en condition pour y habiter mode terrestre. Les vagues ayant été particulièrement généreuses, le sel de mer s'est incrusté un peu partout et il faut donc rincer l'extérieur du bateau. L'intérieur quant à lui ressemble à un champ de bataille. Tout objet n'ayant pas été bloqué avant notre départ de Rota a pu effectuer de nombreux déplacements latéraux, mais aussi verticaux au cours de la navigation grâce à la magnifique houle qui nous a secoués enfin non  accompagnés...

Après une douche et un bon repas, nous pouvons reprendre une vie normale, à savoir cours du CNED, lessive ( la capitainerie est équipée de lave linge et sèche linge en self-service, très commode) et goûter aux plaisirs d'un bain de mer, la plage étant au bout de notre ponton.  

En fait, quand je rédige ces lignes, je me rends compte qu'il n'y a pas de journée type. Et c'est d'ailleurs cela la beauté de cette vie, chaque jour est par construction différent puisque nouveau paysage, nouvel environnement et nouveaux contacts avec le monde externe. La routine est impossible. Nous avons bien certaines tâches qui se répètent dans notre quotidien mais jamais réalisées aux mêmes endroits ni dans les mêmes conditions. La seule routine de nos journées est qu'elles commencent au lever du jour et qu'elles se finissent avec le coucher du soleil. Et qu'au moment de fermer les yeux, j'ai rarement le temps de me poser la question de savoir pourquoi je suis si fatiguée, que je suis déjà endormie.